Menu
× Accueil Blog Créer un compte

Explosion des données

L’explosion des données

Dans le courant des années 90, les internautes étaient avant tout destinataire des contenus et c’est la communauté scientifique qui l'utilisait pour diffuser ses publication. Cependant très vite, certains individus vont l’utiliser pour proposer des contenus alternatifs. Le web va alors prendre une toute autre dimension passant à des milliers, des millions et maintenant des milliards d’individus connectés en permanence et pouvant partager de nombreux contenus entre eux.

Les internautes prennent le pouvoir

De la communauté scientifique à l’émergence des blogs

A ses débuts le web était utilisé par la communauté scientifique : elle s’en servait comme un moyen de partage des données à la fois rapide et économique. A l’époque, l’ordinateur personnel n’était pas très répandu et seuls quelques rares initiés, très souvent des universitaires, s’y aventuraient pour accéder et lire des informations. Le web ne ressemblait en rien à ce que vous connaissez aujourd’hui : il était impossible de commenter ou d’aimer des posts et il était très difficile de créer un site web. Il fallut des précurseurs pour initier ce mouvement et Justin Hall fut l’un d’eux.

Le saviez-vous ? Au tout début, les connexions internet étant lente, très lente et il était nécessaire de relier l’ordinateur à une prise téléphonique ce qui avait pour conséquence de bloquer la ligne téléphonique à une époque où le téléphone portable n’existait pas. Aujourd’hui ces problèmes n’existent plus grâce au wifi et les débits sont des milliers de fois plus puissant !

En 1994, il mit en ligne son site web pour partager des contenus de sa vie personnelle et pour attirer du public, il se mit en scène sur un ton décalé et provocateur par rapport à ce que l’on trouvait alors sur le web, la communauté scientifique n’est pas réputée pour son côté provocateur. En partageant ainsi son histoire et sa vie d’étudiant, il initia le passage du web dans une nouvelle ère : celle de la décentralisation de la création des contenus.

Son site s’appelait journal de bord, en anglais log. Il fut le créateur d’un des tous premiers web logs qui serait renommé we blog en 1999 avant d’être tout simplement nommé blog. Sans le savoir, Justin Hall introduisit les bases de ce qui allait devenir le web 2.0. Mais c’est un autre site web qui permis son véritable essor en jouant sur l’aspect collaboratif et vous l’avez déjà tous utilisé au moins une fois si ce n’est plus.

La prise en main du Web par les internautes. L’exemple Wikipédia

Wikipédia est un projet web unique et extrêmement ambitieux. Vouloir créer une encyclopédie libre et accessible à tous et qui plus est réalisée par les internautes eux-mêmes était une idée totalement révolutionnaire en 2001 (Le projet a été lancé en janvier 2001 par Jimmy Wales et Larry Sanger). Mais Wikipédia n’aurait pu avoir cette dimension sans l’utilisation d’un petit logiciel qui lui a d’ailleurs donné une partie du nom : le Wiki.

Les blogs et les sites collaboratifs comme Wikipédia ont permis d’initier le mouvement de la décentralisation de la création des contenus

Cette petite application inventée par Ward Cunningham quelques temps avant la création de Wikipédia permettait la création, la modification et l'illustration collaboratives de pages à l'intérieur d'un site web (Définition tirée de Wikipédia). Aujourd’hui le Wiki est très utilisé comme instrument collaboratif sur le web et il permet la création de nombreuses données à travers le monde et notamment sur Wikipédia grâce à la participation active des internautes.

L’internaute commence à prendre en main la réalisation des contenus avec ces deux instruments que sont le blog et le wiki. Les sites web vont alors commencer à se multiplier très rapidement et l’apparition des systèmes de gestion de contenu (CMS de l’anglais content management system) comme Wordpress et Drupal vont rendre encore plus accessibles la création des sites web. Aujourd’hui plus de 25% des sites web sont éditées avec le seul CMS Wordpress (source :w3techs.com).

L’explosion du Web communautaire ou web 2.0

En 2005, ce phénomène va encore s’accélérer avec la création de Youtube par trois anciens de chez Paypal. Un an plus tard : le site d’hébergement de vidéos sera racheté par Google pour la somme de 1,65 Milliards ce qui démontre bien à l’époque tout l’intérêt du web social et en particulier de l’avenir certain de la vidéo. En 2006, les internautes générant du contenu et le web 2.0 (en particulier Youtube et Wikipédia) sont désignés par le Time comme personnalité de l’année sous la dénomination « Vous ».

Le web 2.0 symbolise la prise en main de la réalisation des contenus par les internautes.

Paypal, vous connaissez ? C’est une entreprise qui permet de transférer de l’argent sur le web. Mais connaissez-vous les nombreux entrepreneurs ayant créé et travaillé pour cette entreprise ? Si leur nom ne vous dit rien, leur site crée après leur aventure PayPal vous sera familier : Elon Musk, fondateur de Tesla et Space X ; Reid Hoffman fondateur de Linkedin ; Chad Hurley, Steve Chen et Jawed Karim sont les fondateurs de YouTube et Peter Thiel fondateur de Palantir (beaucoup moins connue mais pourtant très puissante, qui sera abordé dans un autre article).

C’est donc au milieu des années 2000 que le web 2.0 également appelé Web social a pris son envol. Cette époque signe la fin d’une certaine forme de centralisation, celle de la réalisation des contenus. Chaque internaute devient libre de s’exprimer et est en capacité de faire porter sa voix sur le réseau numérique. Ce mouvement est à l’origine de l’explosion des données : d’une petite communauté scientifique créant des données numériques, nous sommes passé aujourd’hui à des milliards d’individus créant des données.

Le saviez-vous ? La multitude représente l’ensemble des individus se servant du web pour créer, partager et diffuser des contenus. Ce sont les internautes comme vous et moi qui formons la multitude

En passant d’une poignée d’acteurs à même de créer des contenus à la multitude : le nombre de données a explosé

Toute cette effervescence a très certainement inspiré nombre d’entrepreneurs de l’époque. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’est apparu Facebook, le dernier né des quatre fameux GAFA : acronyme des initiales de Google, Apple, Facebook et Amazon.

?

La naissance d’une nouvelle génération de sites web

Les réseaux sociaux

Nous sommes donc en 2004 lorsque Mark Zuckerberg lance TheFacebook sur le campus de Harvard. Le site est tout d’abord un trombinoscope destiné aux plus grandes universités américaines avant d’être ouverts à tous en 2006 et de prendre son nom définitif.

Facebook est aujourd’hui le réseau social le plus connu et le plus utilisé (Près ¼ de la population a un compte Facebook) mais c’est loin d’être le seul ni même le premier à avoir été créé. Citons par exemple : Myspace, Pinterest, Instagram, Snapchat, LinkedIn, Twitter, Flickr qui sont tous des réseaux sociaux disposant chacun de leurs propres spécificités : certains sont plus orientés sur les contacts, d’autres sur les contenus et quelques-uns réunissent les deux.

Chacun de ces réseaux permet de créer et développer une existence numérique qu’on peut également qualifier de réputation et ils se complètent entre eux par leurs spécificités. Facebook est le plus générique et rassemble un très grand nombre d’utilisateurs, Snapchat se distingue par sa messagerie éphémère et son public jeune, Linkedin permet de se créer un réseau professionnel, Instagram est spécialisé sur les photos, Soundclound sur la musique, Twitter se positionne sur le microblogging…

Difficile d’en faire une liste exhaustive tant leur nombre est important. En général les internautes sont inscrits sur plus d’un réseau : il n’est en effet pas incompatible de développer différentes communautés (groupes de contacts au sein d’un réseau) et cela permet de rassembler autour d’une thématique ou d’un centre d’intérêt commun. Il existe par ailleurs de nombreux ponts entre ces réseaux, c’est tout le principe des boutons de partage que vous retrouvez très régulièrement sur des sites.

Les médias sociaux

Les réseaux sociaux ne sont pas à confondre avec les médias sociaux. Tous les réseaux sociaux sont des médias sociaux mais l’inverse n’est pas vrai. Les médias sociaux sont une famille de sites regroupant :

  • Les réseaux sociaux ;
  • Les outils de publication et de collaboration (blogs, Wikipedia) ;
  • Les outils de discussion comme les forums et les messageries instantanées.

Pour plus de détails, vous pouvez vous rendre sur la page Wikipédia des médias sociaux qui est très bien documentée avec une belle infographie et vous pouvez également visualiser cette vidéo sur les médias sociaux.

Les plateformes numériques

Les médias sociaux appartiennent eux aussi à une catégorie de sites web plus vaste encore : les plateformes. Une plateforme numérique est un intermédiaire permettant la mise en relation entre un individu et une entreprise (Amazon) ou entre plusieurs individus (Snapchat) : elle est au coeur des interactions. Plus le nombre d’utilisateurs d’une plateforme est important et plus son intérêt est grandissant : c’est ce qu’on appelle l’effet de réseau (A ne pas confondre avec les réseaux sociaux).

Les médias sociaux en image

Savez-vous quelle est la plus grande plateforme numérique ? C’est tout simplement le web ?. Le web est une plateforme gigantesque permettant aux internautes de visiter des pages web

Les plateformes se développent de plus en plus sur le web. Elles regroupent à la fois les médias sociaux, les moteurs de recherche, les places de marché (marketplaces), les plateformes de réservation, les plateformes de streaming... Elles surfent toutes sur l’explosion des données et utilisent toutes ou presque des techniques issues du big data pour développer leurs activités. C’est ce que nous verrons dans un prochain article consacré aux bases de données et au big data.